Skip to content

Que vous soyez l’heureux possesseur d’un jardin ou d’un potager, ils produisent tous deux des déchets. Tontes de gazon, résidus de taille, feuilles mortes, végétaux secs, … tous les ans ces déchets sont produits. Il vous est possible de les transporter jusqu’à une déchetterie pour les recycler mais il existe aussi beaucoup de solutions pour les valoriser chez vous. Dans le panel des possibilités, il y en a une très intéressante pour ceux qui aiment jardiner, la transformation de tous vos déchets en compost. Nous allons voir ensemble comment bien tirer profit de tous vos déchets verts…

Qu’appelle-t-on un déchet vert ?

Fleurs fanées, tiges sèches, mauvaises herbes, déchets du potager, tontes de pelouse, résidus de coupe, … le jardin produit des déchets verts de toute sorte dont certains sont encombrants ou sont produits en très grande quantité comme les tontes, les déchets de taille ou encore les feuilles mortes qui ne peuvent pas être gérés par un composteur basique. Ces imposants déchets verts peuvent être compostés sous forme de tas dans un coin ou au fond du jardin, il est existe deux méthodes du compostage en tas : la classique et la progressive qui est plus adaptée à de petits jardins ou espaces verts.

Compostage en tas, étape n°1 : le stockage des déchets verts

La solution du compostage en deux étapes commence, dans un premier temps, par le stockage des déchets au rythme où ils arrivent. Durant cette étape il faut séparer et empiler tous ces déchets verts en fonction de leur nature : humides et azotés (ex : reste de tonte de gazon), secs et carbonés (ex : branches et autres matières brunes).

Compostage en tas, étape n°2 : le mélange des déchets verts

Une fois que vous avez un stock de déchets verts suffisant vous pouvez commencer à former le tas de compost en mélangeant 2/3 des déchets humides et azotés avec 1/3 de matières carbonées. Votre tas doit reposer sur une couche drainante (tiges sèches, broyat de branches, …), il doit être bien aéré pour stimuler l’activité des bactéries et humide pour accélérer la vitesse de dégradation. Le tas ne doit pas dépasser 1m3, il devra avoir la forme d’un dôme ou d’un trapèze d’une largeur maximale de 1,50 m et de 1,50 m de haut maximum. Une fois votre tas réalisé, recouvrez-le d’une couche de paille pour éviter qu’il se dessèche.

Quelques jours plus tard, la température intérieure de votre tas va monter jusqu’à 70°C.Si cette température redescend, vous pouvez relancer la fermentation en mélangeant à nouveau votre tas. La suite consiste à laisser reposer le tout entre 3 et 6 mois, temps indispensable pour que la microfaune et la macrofaune décomposent tous les déchets.

Pour démarrer votre tas de compost nous vous conseillons, à l’automne ou hiver, de stocker les feuilles mortes ainsi que les déchets de taille. Au printemps quand les déchets de tontes se présentent vous pourrez rapidement monter votre tas de compost. L’avantage du compostage en tas réside dans la montée non négligeable et très rapide de la température qui entraine une décomposition fulgurante ainsi qu’une destruction des graines et maladies en un seul brassage. Le seul inconvénient c’est qu’il est nécessaire d’avoir un espace disponible assez grand pour l’aire de stockage.

Compostage en tas avec la méthode progressive

Cette méthode de compostage se base sur l’arrivée des déchets. Chaque ajout est mélangé avec la couche des déchets verts située au-dessous à l’aide d’une fourche. Quand ce tas est devenu assez important, vous le recouvrez de paille et vous créer un nouveau tas. Faites bien attention de bien respecter le rapport 2/3 des déchets humides et azotés avec 1/3 de matières carbonées. Si vous avez une arrivée massive de déchets verts identiques, placez-les à côté de votre tas pour pouvoir les intégrer plus tard.

L’avantage de cette méthode de compostage c’est qu’elle est facile à mettre en place car elle se pratique en fonction de l’arrivée des déchets verts. Cette méthode est la plus courante et la plus adaptée à des petits jardins car elle prend peu de place et la quantité des déchets verts reste très modérée. L’inconvénient de ce type de compostage est la montée beaucoup moins importante de la température, la destruction des graines et maladies reste médiocre et le brassage du tas doit être régulier.

Quelques derniers conseils pour vous lancer dans la création de votre compost

Concernant le stockage et l’intégration des tontes de pelouses, pensez à remuer régulièrement votre tas avec une fourche ou alors étalez ces déchets verts en petites plaques pour que l’eau puisse s’évaporer et ainsi éviter l’agglomération en petits paquets malodorants.

Les déchets durs ou plus simplement les déchets de taille, les feuilles coriaces (ex: Laurier-cerise) ou les racines, mettent plus de temps à se dégrader. Pour accélérer leur décomposition il vous suffit de les couper en morceaux ou si vous le pouvez en fonction du déchet, broyez-les avec un sécateur, une tondeuse ou un broyeur que vous pouvez louer pour les branchages. Vous pouvez aussi créer un tas à part qui aura une plus longue maturation que vous pourrez utiliser dans les deux prochaines années.

Si vous avez des feuilles mortes en très grande quantité, faites un grand tas. La partie supérieure alimentera le tas de compost si vous en avez besoin et pendant ce temps, la partie inférieure se transformera en super terreau pour les semis en à peine 1 à 2 ans.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
Rechercher